Retour à la ligne du temps

01 févr. 2017

Ces partenaires financiers qui rendent le projet possible
Secteur santé mentale
Bâtiments

Ces partenaires financiers qui rendent le projet possible

Construire et aménager les nouveaux espaces de l’hôpital est un projet important et ambitieux. Un projet d’un telle envergure ne peut se concevoir sans soutiens financiers divers. Nous tenons à remercier les autorités fédérales et régionales en charge de la Santé publique, la Fondation Roger DE SPOELBERCH et les organismes financiers ING ET CBC. Profitons-en pour donner quelques informations à ce propos, et mettre ainsi en lumière les « partenaires financiers » de notre projet.

Une aide des autorités publiques

Pour commencer par les autorités publiques, en Belgique, les compétences relatives au financement des soins sont partagées.

Depuis la sixième Réforme de l’État (2014), la compétence de financer les travaux de construction, de rénovation et de gros entretien des infrastructures hospitalières a été transférée aux Communautés et aux Régions. En ce qui nous concerne (hôpital bruxellois non académique), c’est la Commission Communautaire Commune (la « COCOM ») qui est compétente.

La conception de notre projet datant de bien avant 2014, les règles applicables sont celles précédant ce transfert de compétence. A l'époque, ces investissements étaient principalement financés par l’autorité fédérale, avec en complément déjà un subside des entités fédérées. Un « calendrier de construction » était en effet négocié entre le Fédéral et les Régions et Communautés, à cette fin.

La règle usuelle était une couverture de 40 % par la Région, le Fédéral prenant le reste en charge.

C’est ainsi que le montant des subsides octroyés par la COCOM pour financer notre projet (démolitions, gros-œuvre, transformation, parachèvements, ascenseurs et installations sanitaires, électriques…) s’élève à un peu plus de 11 millions d’euros pour un montant de travaux total qui s’élèvera à un peu plus de 35 millions d’euros.

Deux éléments de précision importants. Le premier est que ces autorités n’interviennent pas sans limite : ces subsides sont plafonnés.

 

Second élément : le financement (fédéral) n’arrive pas au jour J de l’ouverture du bâtiment. Tout d’abord, il est liquidé au fur et à mesure des amortissements, et ensuite il faut en théorie attendre plusieurs années pour que ces montants soient réellement intégrés dans le financement de l’hôpital.

Heureusement, pour ne pas mettre les hôpitaux en difficulté, ces derniers ont la possibilité de demander ce que l’on appelle un prix provisionnel. Ce qui permet d’obtenir une adaptation de leur financement après quelques mois, et non quelques années.

Une aide pour nos équipements sportifs de la part de la fondation Roger DE SPOELBERCH

Pour nous permettre de rendre nos équipements sportifs plus complets, nous avons également eu la chance de pouvoir bénéficier d’une aide supplémentaire, octroyée par la Fondation ROGER DE SPOELBERCH.

Établie à Genève, cette organisation apolitique et non confessionnelle a pour vocation de soutenir, notamment par le financement, la recherche et l’assistance en matière de maladies neurodégénératives en général et de certaines maladies psychiatriques.

La salle omnisport

Notre projet de reconstruction prévoit la réalisation d’une salle de sport interne polyvalente de près de 550 m² afin de dispenser des activités sportives collectives (football, basketball, badminton…) mais aussi des activités de rééducation de type gymnastique classique ou psychomotricité. La pratique d’un sport, encadrée par nos professionnels est primordiale, en particulier à l’égard de nos adolescents mais également à l’égard de nos patients plus âgés, et s’inscrit dans leur parcours de rétablissement.

La Fondation ROGER DE SPOELBERCH a, ainsi, accepté de soutenir le financement de cette nouvelle salle de sport à concurrence d’un montant de 100.000€, soit la totalité du budget prévisionnel.

Les organismes financiers interviennent également

Enfin, un tel projet est impossible sans les organismes financiers. Les banques ING et CBC nous permettent de faire d’APERTIO une réalité au service de la population et des équipes de soins.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En utilisant notre site Web, vous acceptez notre utilisation des cookies conformément à notre politique en matière de cookies. En savoir plus